Activités internationales

Reichenbach / Lautertal – Allemagne

Max Liebster devient citoyen d’honneur de sa commune natale.
Reportage du quotidien « Bergsträsser Anzeiger » du 20 novembre 2004 (extraits).

 

Max Liebster - Lautertal – Allemagne

Le nouveau citoyen d’honneur de Lautertal, Max Liebster (3ème à partir de la gauche) entouré par, de gauche à droite, le maire, Jürgen Kaltwasser, l’épouse de Max, Simone Arnold-Liebster et la présidente de la communauté de communes, Heidi Adam.

Lautertal. « Cette distinction est conférée à un homme qui la mérite » a affirmé Heidi Adam devant la salle du conseil archi-comble de la mairie de Reichenbach. La présidente de la communauté de communes n’avait inscrit qu’un point à l’ordre du jour: la remise solennelle de la citoyenneté d’honneur à Max Liebster – humaniste, témoin oculaire de l’Holocauste et enfant du pays : « Aujourd’hui encore, je me sens un Reichenbacher à part entière », a déclaré Max. (…)

Devant un parterre d’amis, d’hôtes d’honneur et de personnes venues féliciter Max Liebster, le maire, Jürgen Kaltwasser, a décerné la distinction au Lautertaler qui a contribué de façon essentielle à mettre en lumière les mécanismes de persécution institués par les Nazis. Puis il a souligné que la vie de Max était axée sur la réconciliation. (…) « Il est venu dans un esprit de réconciliation, non d’accusation, » a dit J. Kaltwasser, impressionné par cet homme qui irradie tant de bonté et d’espoir malgré son passé douloureux. (…)

Le discours de remerciement de Max Liebster a été un plaidoyer pour l’espérance et l’amour du prochain enracinés dans la foi profonde de cet homme de 89 ans. Sa rencontre avec des Témoins de Jéhovah (stigmatisés dans les camps de concentration par un triangle violet) influença la vie et la réflexion de Max Liebster, impressionné par la détermination de ces hommes et leur rejet absolu de l’idéologie nazie.  « Ce bel exemple orienta ma vie », a-t-il précisé. (…)

Son livre autobiographique, Lueur dans la Tourmente, tout comme les souvenirs que son épouse relate dans l’ouvrage Seule face au Lion, contribuent à combler certaines lacunes des études historiques sur l’Holocauste.

« Les Témoins de Jéhovah sont un groupe de victimes négligé par les livres d’Histoire. Les critiques dont cette communauté religieuse fait l’objet troublent l’objectivité du regard sur le passé », a déclaré dans son discours solennel Hans Hesse, un historien originaire de Cologne. Hesse a souligné le travail d’envergure internationale entrepris par Max Liebster – la promotion de la paix et des valeurs humanitaires – une mission indissociablement liée à ce qu’il vécut à l’époque nazie. (…)

Pour Uwes Klages, le président de la fondation Arnold-Liebster, une conscience responsable se forme principalement grâce à un bon discernement du contexte historique et de valeurs propres à la foi. « La paix suppose l’amour pour tous les humains. Et pour Max, c’est justement cet amour qui lui tient tant à cœur.»

Uwe Klages a souligné que la distinction conférée honorait également l’activité de la fondation et répandait mondialement le bon renom de Lautertal, commune dorénavant associée à l’engagement de Max Liebster.

La cérémonie s’est achevée avec la signature, par Max Liebster, du livre d’or de la commune.

Max Liebster - Lautertal – Allemagne

Le nouveau citoyen d’honneur, Max Liebster, signe le livre d’or. Présents en ce moment solennel, de gauche à droite : Heidi Adam, Josef Weitzel (maire honoraire), Jürgen Kaltwasser, Horst Steimann (premier citoyen d’honneur de la ville)

En plus des superbes morceaux de musique interprétés par Irith Gabriely, la « reine de Kletzmer », accompagnée par l’accordéon de Martin Wagner,  Heidi Adam et Jürgen Kalwasser offrirent un autre cadeau au récipiendaire : une vue de la « Felsenmeer » (« la mer de rochers ») qui avait été la place de jeux favorite de Max Liebster dans son enfance. (…)

« Outre ses Mémoires, c’est une réelle capacité d’écoute et un ton apaisant qui distinguent ce natif de Reichenbach et justifient l’octroi de la citoyenneté d’honneur » a souligné l’historien Hans Hesse, ajoutant : « Le message de Max Liebster est aujourd’hui plus nécessaire que jamais. »

 

Lautertal – Allemagne

 

<< retour

 

Haut de page - Accueil

Mentions légales - © Fondation Arnold-Liebster 2014